>>Titre VIII - Des séances

Mis à jour le :
28 septembre 2009

Art. 90 – Les séances ordinaires sont au nombre de six sur l’année académique.

Art. 91 – Les séances sont organisées par la Commanderie ou par tout membre effectif de l’OBA avec l’accord de la Commanderie et sous la surveillance du Grand-Maître.

Art. 92§ 1er – Une séance extraordinaire peut être fixée par le Grand-Maître ou lorsqu’une extrême urgence le justifie. L’Archiviste notifie sur les convocations le caractère extraordinaire de la séance ainsi que son objet. Les membres y assistent sous peine de sanction.
§ 2 – Une séance extraordinaire peut également être demandée par des membres du Grand-Conseil. À cet effet, ils présentent une requête à l’Archiviste qui fixe la séance endéans le mois et doit notifier sur les convocations le caractère extraordinaire de la séance ainsi que son objet.

Art. 93§ 1er – Les sujets se rapportant aux modifications des statuts et à l’organisation interne de l’Ordre sont abordés uniquement en séances fermées.
§ 2 – Les séances ordinaires sont fermées. Le Grand-Maître peut toutefois inviter des personnes à ces séances avec l’accord unanime de la Commanderie.

Art. 94 – Il peut être organisé chaque année un Dies Natalis, une séance dite « Externe » et un Banquet de l’OBA. Ces séances sont considérées comme extraordinaires et ouvertes.

Art. 95§ 1er – La cérémonie de parrainage visée à l’article 55 se déroule comme suit :
  durant la deuxième partie de la séance, sur demande du Grand-Maître, chaque Tyro s’avance au centre de la Corona. Le Grand-Maître demande au Tyro qui il a choisi comme Parrain dans la Commanderie ou l’Assemblée ;
  le parrain choisi s’avance devant la table de la Commanderie. Il remet alors son band au Tyro et ils vident chacun et ensemble un verre de bière en à-fond. Le Tyro est, à partir de ce moment, considéré comme Candidatus ;
  il pourra néanmoins être organisé un concours d’à-fond qui ne sera effectué que pour la forme, le gagnant étant toujours le parrain désigné par le Tyro. Les Chevaliers intéressés s’avancent devant la table de la Commanderie où sont disposés autant de verres de bière que de candidats au concours d’à-fond. Au signal donné par le Grand-Maître – s’il n’a pas délégué ce droit à une autre personne –, les Chevaliers vident leur verre en à-fond ;
  le Candidatus retourne ensuite s’asseoir auprès du Tyronum Maior.
§ 2 – la procédure est recommencée pour chaque Tyro.

Art. 96 – La cérémonie de prise de domino et d’adoubement se déroule comme suit :
  après avoir fait sortir les Candidati, la Commanderie annonce les résultats des examens et demande à l’Assemblée son avis sur les Candidati et leur année d’apprentissage à l’OBA. En cas de désaccord, le parrain du Candidatus peut prendre sa défense ;
  le Chambellan fait ensuite entrer les Candidati qui se présentent torse nu au fond de la Corona ;
  appelés un à un, ainsi que leur parrain, par le Grand-Maître et le Tyronum Maior au centre de la Corona, ils doivent avoir un genou en terre. Levant la main droite, ils lisent le serment au texte suivant : « … » (ce serment devant rester secret, il n’est pas reproduit dans le présent Codex). Le Grand-Maître demande alors au parrain de vêtir son Candidatus du domino et de lui remettre son insigne de Chevalier de l’OBA ;
  le Grand-Maître effectue alors l’adoubement au cours duquel il proclame la formule d’adoubement suivante : « Devant l’assemblée des chevaliers de l’Ordre binchois de l’Apertintaille réunis, nous,(nom et prénom), Grand-Maître de l’ordre, te faisons à notre tour Chevalier de l’Ordre binchois de l’Apertintaille, afin que tu puisses le servir ta vie durant avec honneur et dignité, et que tu sois toujours à son service. Que ces attributs soient pour toi le symbole de ton engagement et que chaque jour de ta vie tu t’efforces de défendre et de promouvoir les traditions estudiantines. Ut Semper Crescat, Floreat et Vivat OBA ! » ;
  le nouveau Chevalier retourne au fond de la Corona et reste debout jusqu’à ce que tous les autres Candidati aient été adoubés ;
  si le cadre de la réunion le permet, la cérémonie peut se dérouler en-dehors de la Corona ;
  le chant de notre Ordre est lancé à la fin de la cérémonie de prise de domino et d’adoubement.

Art. 97 – La cérémonie d’élection de la nouvelle Commanderie et de passation de pouvoir se déroule comme suit :
  après la cérémonie de prise de domino et d’adoubement prévue à l’article 96 et après que les nouveaux Chevaliers ont pris place dans l’Assemblée, le Grand-Maître déclare un Tempus Generalis ;
  après ce Tempus Generalis, on procède aux élections prévues à l’article 29. Une fois la nouvelle Commanderie élue, les membres de cette Commanderie, chacun à leur tour et sur appel du Grand-Maître sortant, prêtent serment par le texte suivant – Serment du Grand-Maître – « Nous, (prénom et nom du chevalier élu), Chevalier de l’Ordre binchois de l’Apertintaille et nouvellement élu Grand-Maître des Chevaliers de notre Ordre vénérable et très binchois, promettons devant cette Assemblée et devant saint Ursmer, de défendre les traditions de notre Ordre et d’œuvrer à sa promotion. Nous promettons d’être soumis aux règles de notre Ordre contenues dans notre Codex qui nous a été prescrit par les membres fondateurs de l’OBA. » ;
  suite à cette prestation de serment s’ouvre une nouvelle séance, extraordinaire, dirigée par la nouvelle Commanderie qui entre donc en fonction à ce moment-là. Celle-ci choisit les nouveaux Censeur et Tyronum Maior suivant les dispositions prises aux articles 30 et 31.

Art. 98 – Les séances sont dirigées par le Grand-Maître et le Censeur. L’Archiviste, l’Argentier et le Chambellan siègent à leurs côtés mais n’interviennent que comme Chevaliers. Le Tyronum Maior siège à proximité des Tyrones ou Candidati.

Art. 99 – Les représentants d’autres associations estudiantines sont admis aux séances ouvertes pour autant qu’ils aient été invités par le Grand-Maître.

Art. 100 – La disposition des lieux lors d’une séance est la suivante :

1. Grand-Maître 2. Archiviste 3. Argentier 4. Censeur 5. Chambellan 6. Grands-Conseillers, par ordre d’ancienneté 7. Chevaliers, par ordre d’ancienneté 8. Écuyers 9. Invités 10. Tyronum Maior 11. Tyrones et Candidati

Art. 101 – Le service est effectué par les Tyrones ou les Candidati sous les ordres du Tyronum Maior et dirigé par le Chambellan.

Art. 102 – Il est interdit de parler sans autorisation, de crier, de chanter, de lancer des chants, de boire seul et de fumer tant que le Grand-Maître n’a pas proclamé le « Licet ad libitum bibere ! ».

Art. 103 – Le chahut intelligent est autorisé durant la troisième partie de la séance, sauf pendant les guindailles et le Io Vivat.

Art. 104 – Il peut être organisé, tous les cinq ans, lors de la séance dite « Externe », un Lustrum. Ce Lustrum comporte, en plus du déroulement ordinaire d’une séance dite « Externe », la cérémonie suivante :
  lors de la première partie de la séance, le Grand-Maître invite toutes les personnes présentes à se lever et à entonner le chant de l’OBA ;
  une plume d’autruche est plongée dans de la bière spéciale brassée à Binche et l’on asperge modérément les participants à cette séance – qui sont découverts – suivant les rites de la lustration antique ;
  cette aspersion est opérée par le plus ancien Grand-Conseiller présent.

Art. 105 – Les séances de l’OBA se déroulent comme suit :

Première partie

  Gaudeamus Igitur ;
  Chant de notre Ordre ; Ad Fundum Generalis ;
  Demandes d’impotences ;
  Chants des associations représentées ;
  Brabançonne ;
  Bond’jou Camarade (annexé au présent Codex).

Deuxième partie

  Le Grand-Maître déclare la séance ouverte par la formule suivante : « Nous, (prénom et nom), Grand-Maître de l’Ordre binchois de l’Apertintaille, en ce jour du (date du jour) (mois) de l’An de grâce (année), déclarons ouverte la (quantième) séance de notre Ordre et implorons la protection de saint Ursmer ! » ;
  La Corona lui répond : « Gratia Magnus Magister ! » ;
  Cérémonie de l’À-Fond ;
  Désignation du Cantor Primus ;
  Communications éventuelles de la Commanderie
  Remarques éventuelles du Censeur concernant la première partie ;
  Communications éventuelles du Grand-Conseil ;
  Cérémonies diverses ;
  Chants ;
  Guindailles sérieuses, exposés… ;
  Tempus Generalis ;
  Le Grand-Maître déclare : « Opto ut tempus commune secundum multisecularem traditionem pissendi vel rotandi sit ! » ;
  La Corona répond : « Optamus ! » ;

Troisième partie

  Io Vivat ;
  Le Grand-Maître déclare : « Licet ad libitum bibere ! » ;
  Communication du Censeur sur la deuxième partie ;
  Présentations de guindailles ;
  Communications éventuelles des membres ;
  Chants ;
  Le Grand-Maître déclare la séance levée par la formule : « Nous, (prénom et nom), Grand-Maître, déclarons la séance levée. Ordinem usque ad proximam sessionem ! » ;
  La Corona répond : « Deo Gratia ! » ;
  Mère Gaspard.

Art. 106 – Lorsque la parole est au Grand-Conseil, le plus ancien Grand-Conseiller intervient. Il peut déléguer ce temps de parole à un ou plusieurs autres Grands-Conseillers.

Art. 107 – La Brabançonne se chante debout, découvert et tourné vers les couleurs nationales. Le Io Vivat se chante debout et couvert.



SPIP 1.9.2c
Squelette [squelette]
RSS